Visite Maison Desrues L.S

Crée en 1929, la maison DESRUES a comme vocation de travailler avec les grands couturiers en apportant son savoir faire d’artisan parurier.Elle met au service des créateurs des savoir-faire comme la fonderie, la galvanoplastie ou la gravure nécessaires à la création d’accessoires. L’entreprise est aujourd’hui installé à Pially dans l’Oise et se compose de 200 employés hautement qualifiés. Elle produit principalement des boutons et des bijoux, boucles de ceinture pour Chanel (elle fait partie des maisons des métiers d’art possédées par la marque) , et tend à s’associer à d’autres groupes pour diversifier son champ de production. Les codes de matières, de formes et de couleurs de Chanel sont traditionnels et très établis ce qui limite le champs d’expérimentation, même si des innovations sont apportées à chaque nouvelle collection.

Certaines technique comme le coulage de perle en pâte de verre, sont utilisées pour la création de prototype, ou la simple préservation de techniques traditionnelles. Des artisans répètent les gestes chaque mois, sans commande précise pour se remémorer ce savoir-faire. Le credo de la maison est de conserver cet héritage artisanal qui dynamise la création tout en s’équipant d’un matériel industriel pour optimiser la production. La qualité du produit, visuelle et structurelle est privilégiée et décide de la technique à adopter, industrielle, artisanale ou en sous traitance.

Les ateliers qui composent l’entreprise sont la création, le prototypage, la fonderie, la galvanoplastie et la projection de vernis, la résine, la teinture, l’usinage, les finitions, le montage, l’emballage et l’expédition. Un produit tel que le bouton d’une veste va passer dans la plupart de ses ateliers, pour le prototypage et la production, qui peut aussi se faire en sous traitance pour certaines parties d’un produit.

La première étape est l’atelier de création. le responsable se déplace au studio de création pour comprendre et collecter des informations sur la future collection. À partir de tissus, de croquis, la maison a un mois pour proposer 40 références de bijoux. Entre 10 000 et 12 000 boutons sont produits par défilé.

La deuxième étape est le prototypage. Dans cet atelier les maquettes sont réalisées à la main car il ne s’agit pas d’une production en série mais juste d’une phase de recherche. En parallèle les ateliers de galvanoplastie et de teinture expérimentent des nouveaux effets de matières en rapport avec le thème de la collection. Il peut s’agir d’inclusion de poudre cosmétique dans de la résine, due nouveaux métaux pour les traitements de surface…

Poste de travail pour la création de maquette

Recherche en atelier teinture

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les boutons métalliques, la plupart des exemplaires sont fondus en étain ou en bronze. L’élément d’accroche est réalisé en laiton pour une finition plus propre et est réalisé en sous traitance ( schéma le plus rentable ).

2. Les accroches en laiton sont inclus dans le moule pour s’accrocher à l’étain

1. Moule circulaire en silicone, avec tubes de coulé et zones de réserve pour évacuer les bulles

 

 

 

 

 

 

 

 

3. L’étain est fondu à 240°C

 

4. Le coulage se fait par force centrifuge, l’étain liquide est insérer dans le moule qui tourne 3min

5. Une fois refroidit, on peut casser le joint entre tube de coulé et le bouton

 

 

 

 

 

 

 

 

7. Chaque produit est poncé manuellement pour totalement l’ébarber

6. Les boutons sont ensuite envoyé sur cette chaîne de finition

 

 

 

Les boutons sont polis dans cette machine à tribofinition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s’agit d’un procédé qui permet de modifier l’état de surface et polir les pièces de métal, en les immergeant dans un mélange abrasif mis en mouvement vibratoire, oscillatoire, ou rotatif dans cette cuve ouverte. Pour les boutons en étain, le mélange est composé d’une lessive et de petits tétraèdres en porcelaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les boutons en matière plastique, la production se déroule dans les ateliers de résines. La résine peut par exemple servir à remplacer la pâte de verre pour un rendu plus moderne. La gamme de couleurs et d’effets visuels obtenue est aussi beaucoup plus développée. Un autre avantage de cette technique est que la production en série s’en retrouve facilité car il est possible de l’industrialiser , néanmoins ce critère n’est pas prioritaire dans le choix de technique à employer. La maison privilégie toujours le rendu visuel au coût de production.

labo d’expérimentations matières

Le système des moules et de coulage est le même que pour le métal. On chauffe les moules à 120°C avant de couler la résine à l’intérieur.

Rendu en pâte de verre coulé à partir de baguettes au chalumeau

Rendu en résine coloré avec inclusion de poudre cosmétique

 

 

 

 

 

 

 

Au besoin selon les formes à obtenir, le bouton peut passer par l’atelier d’usinage.

Le plastique est gravé à la chaîne

 

Une personne charge la machine tandis qu’une autre récupère les pièces usinées et vérifie la qualité

Gravure laser

L’étape qui suis est en général la finition de l’état de surface du bouton par galvanoplastie ou projection de vernis. Il s’agit d’un procédé de traitement de surface électrochimique visant à recouvrir un objet en métal, d’une couche métallique, dans un but de protection contre la corrosion et dans ce cas pour avoir un aspect visuel intéressant. Les pièces sont préalablement nettoyées et dépoussiérées dans un bain de dégraissage pour être sur qu’il n’y a plus aucun oxyde dessus.

Les fils sont placés sur ces portants

Les pièces vont être enfilées à la main sur les fils pour s’assurer qu’il n’y a pas de contact entre elles

 

 

 

 

 

 

 

 

Les portants passent dans différentes cuves. la production est automatisée. Les bains sont remplis d’acide et le métal se dépose sur les pièces grâce au principe d’électrolyse. Le temps passé dans le bain, de même que leur composition changent l’épaisseur et le visuel de la pellicule qui se crée.

Exemples de différents rendus : cuivre, palladium, or…

Les pièces subissent des contrôles de qualités après chaque étapes avant d’être envoyé dans les ateliers de couture.

 

Lily Saillant

Ce contenu a été publié dans Non classé, VISITES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.